Notre coeur réclame nos yeux

Le Coran nous demande d’observer et de méditer la diversité des signes pour se ressourcer dans l’unicité du Celui Qui est.

Et être avec Lui, c’est toujours dépasser les apparences de ce monde pour percevoir le sens et l’essence des choses.

Car la création, pour celui qui sait voir, est bien plus que ce qu’elle paraît. Elle est signe et rappel de Celui Qui crée en permanence.

C’est ce que certains ont appelé le réenchantement du monde. Réenchanter le monde, c’est lui donner un sens au delà de ce qu’il nous paraît.

C’est percevoir de l’invisible dans le visible. C’est révolutionner sa perception de la réalité.

C’est être avec l’invisible et vivre parmi le visible. C’est être avec Dieu et vivre parmi les Hommes. C’est agir pour l’au-delà, mais ici-bas.

C’est donc accorder de l’importance à ce qui paraît pour ce qu’il révèle mais jamais pour lui-même.

Le message coranique nous rappelle d’ailleurs que la réalité de ce monde n’a une importance que parce qu’elle nous rappelle les vérités de l’autre monde.

Mais pour cela, il faut ouvrir son cœur pour apprendre à voir avec. Ouvrir son cœur ne nécessite pas de fermer ses yeux.

Tout au contraire, ton cœur a besoin de tes yeux pour voir. Mais ton cœur peut percevoir bien au-delà de ce que tes yeux, seuls, peuvent voir.

Lorsque pour d’autres, un animal se réduit à une somme de protéines. Pour toi, c’est d’abord une créature de Dieu, une expression de Sa miséricorde.

Lorsque pour d’autres un arbre, c’est d’abord une série de planches de bois. Pour toi c’est d’abord un signe de Sa présence et de Sa bonté.

Lorsque pour d’autres un être humain, ce n’est qu’un consommateur-producteur potentiel. Pour toi, c’est une créature sacrée, une humanité en devenir inspirée par ce souffle divin qui le fait être.

La modernité marchande adore diviser, calculer pour quantifier. Elle nous conduit à devenir des calculateurs obnubilés par le chiffre.

La modernité marchande aime quantifier et problématiser les mystères de la création pour se donner l’illusion de la dominer, elle se plait à réduire la vie en équations pour prétendre la contrôler, puis elle nous incite à multiplier nos besoins pour justifier une croissance toujours exponentielle.

À défaut d’y répondre, elle traduit nos interrogations en courbes et graphiques, elle dit pouvoir transformer toutes nos vies en une suite logique d’algorithmes.

On se rassure ainsi en transformant notre monde en pixels ou en une série de 0 et de 1, et l’inconnu se résume au x dépourvu de tout sens. Il ne définit plus qu’un problème à résoudre jamais une réalité à vivre.

Le calculateur ainsi aveuglé dans son monde de chiffres pense ainsi qu’il ne lui est plus nécessaire d’observer, de méditer le sens des choses car le calcul des choses, pense-t-il, lui a déjà délivré toutes ses vérités.

L’islam ne nie pas cet aspect de la vie. Dieu a créé un monde régit par le calcul, le chiffre, la multiplicité organisée par des lois mathématiques.

Mais cela ne doit pas occulter l’essentiel : nous sommes d’abord des visionnaires de l’invisible qui ne se laissent jamais aveugler par les vérités apparentes du calculateur.

Nous observons le monde d’abord avec le cœur, mais pour cela nos yeux ont besoin de s’ouvrir et d’avoir un contact direct avec la création.

Traduire c’est trahir, dit-on. Mais traduire le monde en une somme de calculs, c’est aussi le trahir.

Entre les signes divins que représente la création et la lumière divine qui illumine nos cœurs, le visionnaire doit éviter toute médiation, tout intermédiaire, même celui du calculateur.

Le propre du visionnaire est de voir bien au-delà de ce qui était prévu, il défie tous les pronostics et tous les calculs.

Être visionnaire, c’est s’avouer les limites de sa propre raison et accepter de se soumettre à bien plus que nous sommes.

Yamin Makri

Categories: Spiritualité

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>